théâtre / 1er semestre 2023 – Atelier Grand Cargo / 2e semestre 2023 – Théâtre du Concert

Yves Robert – texte et mise en scène

Laurence Iseli et Blaise Froidevaux – jeu

Denis Rabaglia – intervenant en dramaturgie

Cargo15 & Atelier Grand Cargo – production

Théâtre du Concert (Neuchâtel) – partenariat


récit et propos

La thématique traitée sera la perception de la notion d’éternité en regard de la perte différentiée de la mémoire.

La relation entre deux anges est profondément amoureuse, d’une construction sincère et immuable. Surtout de toutes éternités, celle passée, présente et à venir.

Un incident se produit et rompt les équilibres... l’un des anges est atteint de la maladie d’Alzheimer.

Comment l’immortalité et l’amour peuvent-ils résister ou se transformer quand l’un des partenaires ne sait plus rien des choses alors que l’autre se souvient ?

De leurs positions dominantes, les anges savent tout du monde et de la vie des hommes, de l’histoire et des évolutions naturelles.

Ils étaient là avant le monde et seront toujours là après le monde.

L’un d’eux, après avoir nagé dans les eaux marines du détroit de La Sonde et rencontré un mérou aux yeux bleus, devient sujet à de fréquentes pertes de mémoire. Ce nouvel état soulève doutes et interrogations qu’il faut affronter jusqu’au tranchant de la réalité.

C’est une chute lente et sans fin.


Un extrait de l’ébauche

AngèleSi tu vois loin, c’est de l’avenir… entre les îles de la Sonde, l’eau est claire, claire et chaude… pourtant, on ne voit pas l’avenir. Ce phénomène, je ne l’ai vu nulle part ailleurs, même au sein des naines stellaires. Une histoire trainait entre les coraux et les huttes de plages. Le vent la colportait comme une rumeur, même les vagues s’en mêlaient sur le rivage. Des oiseaux, des singes et des araignées babillaient entre eux, chacun parlait d’un grand mérou opaline.

AngeUn mérou opaline ?

AngèleUn grand poisson très discret, translucide comme le verre usé par le ressac.

AngeÇa n’existe pas.

AngèleTous affirmaient la même chose que toi… ça n’existe pas. Mais la légende est tenace. Elle dit : celui croise le regard du mérou opaline perdra petit à petit sa mémoire, ne se souvenant même plus d’avoir rencontré le poisson. C’est là où se situe le problème de cette légende.Comment être sûr, si on ne souvient pas de la rencontre ? Les araignées étaient intriguées, elles ont l’habitude de tisser des liens et d’établir la géographie des choses. C’est comme s’il y avait un trou dans leurs toiles qu’elles ne voyaient pas, n’en comprenaient pas l’origine, mais savaient ce trou bien réel.

AngeTu la cherché ?

Angèle... ?

AngeLe grand mérou.

AngèleJe ne sais plus.

AngeTu te joues de moi... les îles de la Sonde, c’est la guerre avec les croiseurs qui emportent les noyés jusque dans les profondeurs… ce n’est rien d’autre qu’une page de l’histoire des hommes.