théâtre / préface Bernard Crettaz / illustrations Céline Masson / maquette Géraldine Cavalli / impression Montagna imprimeurs / format 19X12 cm / nombre de pages 64 / prix de vente CHF 17.– (+frais de port) / parution mars 2012 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Le Laboureur de Bohême de Johannes von Saaz appartient sans doute à la catégorie de ces œuvres utiles et vivifiantes. Car comment offrir à ses semblables plus belle définition de l’âme humaine que ce dialogue métaphorique entre un homme et sa propre fin ? Ce laboureur - messager de l’Humanité face à la fatalité - se retrouve acculé à un abîme qui lui fait vertige... et pourtant il se bat, il se révolte, il rêve, il invente, il accepte, il grandit, bref il vit !


un extrait – La Mort (chapitre 4)

Une telle rébellion est inouïe.
Tu es un laboureur ?... en pays de Bohême ?
Cela fait bien longtemps que Nous n’y avons rien commis d’essentiel… Hormis, tout récemment, dans un joli village perché sur une colline... Nous avons effectivement exercé nos grâces sur une jeune femme…
Elle était admirable et vertueuse. Vertueuse… je le sais mieux que personne… j’étais à ses côtés le jour de sa naissance.
Pour lui porter chance, Demoiselle Honneur l’avait couverte d’un manteau de décence et d’une couronne de dignité. La jolie les a emportés dans la fosse ; ils étaient intacts.
Une femme à la belle morale, dévouée, loyale, sincère et surtout bienveillante envers chacun. A la vérité, rarement femme si parfaite Nous échoit entre les mains.
A moins que tu ne parles de celle-ci, Nous n’en voyons pas d’autre…