rencontre citoyenne – le  25 avril 2018 à 20h30
Le 22 mars 2018, le Conseil d’État a présenté son projet de nouveau régime financier entraînant une diminution des recettes de l’État de 100 à 140 millions.

Vivons-nous avec un régime fiscal bancal ?

C’est une des questions que nous avons abordées à l’aide du député Laurent Debrot

Laurent Debrot
Député au Grand Conseil dans les rangs des Verts depuis près de 26 ans, c'est le doyen de fonction du parlement. Iil a suivi sur la durée l'évolution de la politique fiscale dont il a combattu plusieurs aspects. Nous vous proposons de discuter et d'échanger avec lui afin de découvrir ce regard différent et non dominant à propos des choix fiscaux cantonaux.

communiqué du Conseil d'État (extraits)
Attractivité, solidité et cohésion. Tels sont les objectifs du nouveau régime financier en trois volets que le Conseil d’État entend soumettre cette année au Grand Conseil. Ils traduisent sa volonté de saisir les opportunités du moment pour donner au canton de Neuchâtel un élan positif.

À l’instar de tous les cantons, Neuchâtel prévoit de revoir la fiscalité des entreprises pour se conformer aux orientations fédérales et préserver les emplois et les revenus des sociétés à vocation internationale. Sur la base des appréciations recueillies depuis près de deux ans auprès des milieux économiques, le Conseil d’État propose ainsi d’abaisser entre 12.5% et 13.5% le taux d’imposition du bénéfice des sociétés, actuellement fixé à 15.6%.

Ces mesures doivent permettre au Canton de Neuchâtel de conserver son positionnement attractif... Le Conseil d’État les juge indispensables au vu de l’évolution du contexte national et international.

La fiscalité doit également être réformée pour améliorer le pouvoir d’achat des contribuables neuchâtelois et contribuer à l’attractivité du canton, en complément aux atouts que représentent son dynamisme économique, la richesse de son offre de formation, la variété et la qualité de ses infrastructures sportives et de loisirs ou celles de sa vie culturelle ou encore le soutien apporté aux familles.
Pour répondre aux fortes attentes de la population, le gouvernement prévoit donc une ambitieuse réforme destinée aux personnes physiques parallèlement aux mesures destinées aux entreprises.

Au-delà des améliorations introduites entre 2012 et 2016 pour la classe moyenne et les familles, qui seront maintenues, les nouvelles mesures bénéficieront à l’ensemble des contribuables et amélioreront le positionnement de Neuchâtel par rapport à ses voisins.

Comme annoncé dans son programme de législature, le Conseil d’État entend mener ces réformes sans mettre en péril les innombrables atouts du canton et en préservant la capacité financière des collectivités publiques.

quelques questions

Les mots du Conseil d'État sont forts et la presse ne s'y est pas trompée – sauver des emplois, enfer fiscal, etc.

Les politiques fiscales sont choses complexes et une ligne dominante nourrit le débat public sur la nécessité irrémédiable de pratiquer des allégements, car une imposition forte condamnerait les emplois, mais au fait qu'est-ce que l'impôt  ?

La mise en commun des moyens ?

Un outil de répressions des citoyens  ?

Un outil de redistribution de la fortune  ?

Et encore de nombreuses autres questions... une nouvelle réforme... mais quel est le résultat des précédentes  ?

Le savons-nous ?

Nous en avons discuté...